ActualitéLittératureSociété

Les Exorcismes spirituels de Philippe Muray

Volume 1 : Rejet de greffe

 

L’Histoire s’observe dans la littérature qu’elle produit.

Ses métamorphoses ne modèlent pas seulement la société mais aussi les discours. Les prodromes de notre époque se repèrent ainsi dans la littérature qui nous précède – et les symptômes de sa folie éclatent, pour qui sait les repérer, dans notre façon d’articuler le monde.

Telle est la dissection qu’opère ce recueil d’exorcismes spirituels.

Nous en relevons des tranches :

« La littérature à dormir debout »
Quel avenir réserver au roman lorsque le sens du comique menace de froisser les nouvelles déesses égotiquement tragiques de chacun ?

« Le monde était fait, croyait Mallarmé, pour aboutir à un livre ; les livres, désormais, sont publiés pour aboutir à la torpeur. »

« Rabelais à Rabelaisland ».
Du rabais sur le père Rabelais, de commémoration en trahison.

« Le principe de commémoration est aussi une machine à remonter le temps, un engin de morale-fiction pour des safaris interminables à travers les entrailles de l’Histoire. Est-il bon Rabelais ? Est-il méchant ? C’est tout ce qui nous passionne, dans le fond des choses : la traque du Mal anachronique. »

« Sade, sadisme ? »
Ou la récupération du sadisme par les fonctionnaires hébétés du stupre morne de leur existence.

« Le plus touchant, ce sont encore les couples. Il y en a de plus en plus, dit-on, qui s’organisent de petites mises en scènes perverses à base de punitions, simulacres de flagellations, talons aiguilles, corsets lacés et ainsi de suite. Chez eux ! Ô contradiction dans les termes ! At home ! Derrière des façades quiètes, dans des « villes nouvelles », et sous la protection des saints noeuds du mariage ! »

« L’homme qui rime »
Vous n’avez jamais pu saquer Victor Hugo et ne comprenez pas que l’insensibilité moderne trouve un malheureux sursaut de vie en son nom ? Mais c’est bien sûr : Hugo n’est autant béni que parce que, du passé, il semble approuver la dégénérescence moderne dans laquelle nous trempons nos corps vermifugés.

« Ce qui est également curieux, c’est que la célébration de Hugo est d’autant plus intense qu’il ne fait, au fond, ni chaud ni froid, ça se sent, à la plupart de ceux qui le commémorent. Pour le public, on prend l’allure célébrante et on se dépêche d’en dire le plus grand bien, évidemment. »

« Beaumarchais ou la révolution taillée en pièces »
Et si nous jetions un coup d’oeil à la pièce De Beaumarchais qui, pour avoir été si crument et naïvement représentative de son époque, n’a pas été tolérée par les fabricants d’opinions ?

« En exposant au théâtre, et en tout petit, à l’échelle de la famille Almaviva, ce qui se met en scène jour après jour dans les assemblées, les clubs, les tribunaux, Beaumarchais en rend visible, et par conséquent accablant, l’extraordinaire ridicule. Il sort celui-ci de l’inconscient, donc il le ruine alors qu’il veut en faire l’éloge. »

« Procope et son double »
Vous ne connaissez pas cet écrivain ? Rien d’étonnant. Il a été évincé de la mémoire parce que son œuvre représentait un défaut majeur : avoir su réhabiliter à la fois la vérité de l’opprimé et la vérité de l’oppresseur. Certains appellent cela « incohérence ». Une telle œuvre ne peut en effet servir les mobiles politiques les plus médiocres des temps.

« Voilà donc un de ces écrivains rares, en quelque sorte dédoublés, qui, ayant vécu simultanément sur plusieurs niveaux incompatibles, ayant nourri des pensées secrètes et menti pour survivre, laissent en disparaissant une oeuvre scandaleuse aux yeux du sens commun parce que contradictoire. »

« Les trois villes »
C’est-à-dire Lourdes, Rome et Paris, dont traite Zola dans sa trilogie finale. Représentatif de tout un siècle (le 19e) qui ne vit que pour préparer le suivant, Zola acclame un avenir mirifique dont la nouvelle loi scientifique saurait abolir l’ancienne foi catholique. Tout lourdaud qu’il est, Zola ne semble à aucun instant réaliser que ce tressautement n’est que le passage d’un dogme à l’autre, ne comprenant finalement rien à la perpétuelle connerie humaine, puisqu’il en est le porte-parole.

« Comme toute pensée simple, la vision de Zola est morale immédiatement. »

« L’avant-garde se rend mais ne se meurt pas »
L’histoire de l’avant-garde nous est contée, érigée comme amnésie générale, et préparant l’échec de tous les millésimes annoncés par les visionnaires aveugles du 19e siècle.

« Dans ces conditions, se vouloir encore aujourd’hui d’avant-garde, est-ce bien vraiment ce qu’on imagine ? Est-ce que ça ne consiste pas plutôt à être victime de la propagande d’amnésie qu’est devenu le monde lui-même ? C’est en ce sens que je dirai qu’il faut peut-être apprendre à résister à la tentation de l’avant-garde devenue réflexe. »

 

Albert Robida, Le Vingtième Siècle, Paris, Georges Decaux, 1883. Premier plat du cartonnage. Coll. part.

 

Le 19e siècle et ses rêves progressistes n’aurait-il été qu’un siècle de nihilisme préparatoire ? Ne se définissant pas autrement qu’à travers ce qu’il attend de ses descendants, n’a-t-il pas fomenté, sans le deviner, les événements qui en constitueraient, au siècle suivant, la réponse à l’envers ? le 19e siècle a fait peser sur ses descendants, natifs de l’heureux 20e siècle en germination, des rêves moribonds. Certains ont tenté de s’acquitter de cette dette avec rage, dépassant en termes de prévisions les présages des euphoriques du 19e siècle. Conçus dans une éjaculation idéologique dont le jus glaireux est absorbé par le mouchoir hypocrite des manifestes, les hommes du 20e siècle durent composer entre l’inconscience des raisons profondes qui présidèrent à l’institution de la dictature progressiste, et la préconscience du viol dont leur destin serait désormais marqué.

« Nous avons été, j’ai le plaisir de vous le rappeler, le dieu à venir de nos arrière-grands-parents, leur point de mire messianique. le salut du monde a été suspendu à notre venue et, bien entendu, pour ne décevoir personne, nous sommes venus. Malheureusement nos arrière-grands-parents n’étaient déjà plus là pour juger si nous étions bien ceux qu’ils attendaient, et si l’âge des grands massacres donnait toute satisfaction à leurs espoirs exaltés. Mais enfin nous sommes venus, c’était sans doute que les Temps étaient accomplis, il ne nous reste plus qu’à nous retourner sur nous-mêmes et à commémorer, désenchantés, l’ère où on nous attendait, l’âge où on attendait encore quelque chose. »

La seconde moitié du 20e siècle s’instaura comme une crainte du retour de ce viol idéologique. Elle ne put contrôler ses frayeurs que dans la répétition inconsciente : le progrès raté du début du 20e siècle rêvera d’un progrès maîtrisé pour la fin du 20e siècle, et pour les temps qui suivront, s’il en reste. Règne de la transparence (Enfin raide), mythe de la fin de l’Histoire (Le bicentenaire est terminé), interdiction de jouir en dehors des spectacles organisés par l’état (La colonie distractionnaire, Ode à la télévision, Mes gitanes à l’heure européenne – et, pourrait-on ajouter désormais : « le covid comme thérapie cocooning connectée »), terreur de l’hygiénisme (Thanatomachie, Les olympiades de la terreur, le médecin malgré moi), dérégulation judiciaire masturbatoire (l’envie du pénal), festivités obligatoires (Et pourquoi des artistes en temps de culture ?).

Utile à la lecture préliminaire ou conjointe du 19e siècle à travers les âges, nécessaire pour tout le reste, ce premier volume des Exorcismes spirituels dissèque les textes les plus symptomatiques des deux derniers siècles. Par la dérision, et dans une vitupération savamment dosée, Philippe Muray insuffle à ces discours la part de négativité qui leur manque. Il transforme les idéologies du passé en castrats afin qu’elles ne viennent pas se faufiler, dans la nuit de l’intelligence, plantant leur mât ityphallique dans les consciences vierges et désespérément abandonnées aux nihilismes de tous genres.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité