ActualitéCritique du Monde ModerneCritique SocialeSans RubriqueTribune Libre

Résistance et Initiative

Urbi et Orbi

Je rejoins l’initiative dont Marc George est le maître d’oeuvre avec le lancement de ce site L’Archipel aujourd’hui 1er Mars. Nous avions dû le reporter faute de moyens matériels ; les premières amorces de la résistance à l’assignation à résidence, puis au carnaval masqué, au musèlement de l’ensemble de la population, et à tout ce qui s’ensuit actuellement, se sont manifestées sur ce qu’on appelle les “réseaux sociaux,” et en ce qui me concerne dans les groupes dont je suis administrateur, ou l’un des administrateurs, sur Facebook. Je collaborerai à L’Archipel dans le même esprit que je le fais dans nos divers groupes publics ou privés sur ce réseau, associations dont ceux qui liront ces lignes ici connaissent peut-être déjà les dénominations :
– Association autonome de librairie critique ;
– Cercle Antimoderne ;
– Simone Adolphine Weil, spiritualité et critique sociale ;
– Observatoire du festivisme, une réunion de lecteurs de Philippe Muray ;
– Michéa, Orwell, Proudhon, Péguy, Ellul.
_ Maître Eckhart…
– Jean Borella…  –  Frithjof Schuon… – Julius Evola… – Georges Vallin… etc. ; Ceci en ce qui concerne la librairie, – au sens véritable (et large) du terme, dans la mesure de mon expérience – ; librairie, éditions donc, et recension des ouvrages et publications de fond, tout ceci en particulier avec la précieuse collaboration d’Alexandra Louise Arcé.
Mais L’Archipel a pour objectif d’agréger, et si possible se propose de fédérer, avec comme principe fondamental la subsidiarité*, au sens traditionnel du terme – selon le voeu de Marc George que je partage entièrement -, toutes les personnes suffisamment lucides et perspicaces, quelles que soient leurs convictions particulières à d’autres égards ; c’est-à-dire tous gens et communautés favorables à l’organisation concrète d’une véritable résistance contre la manipulation mass-médiatique, politique et surtout bancaire, en cours. Cela bien entendu doit être organisé, selon la bonne volonté et les compétences de chacun. Nous ne jetons a priori aucune exclusive à l’égard de quiconque est à présent suffisamment averti, quelquesoit sa foi ou son absence de foi (nous n’excluons que la mauvaise foi et les délires obsessionnels ou psychiatriques). Toutefois il est bien évident aussi que nous serons amenés à préciser, dans le cours des opérations, des lignes de démarcation inévitables, aussi bien par rapport au chaos de ce qu’on appelle aujourd’hui encore “la dissidence”, que tout à fait en dehors d’elle, en ouvrant si possible, malgré le malheur des temps, de nouvelles perspectives, plus sereines.
Pierre Olivier Gaden
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité